Arpentage : Reprendre la terre aux machines, de l’Atelier Paysan

Rencontre
sam 16 Mar

14h - 17h

Académie du Climat
2 place Baudoyer Paris 4e

Gratuit Sur inscription

Inscription

Mise à jour le 05/03/2024
Arpentage : Reprendre la terre aux machines, de l’Atelier Paysan

Arpentage décroissant des chapitres 4 et 5 du livre de l'Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines.

Par la forme de l’arpentage – méthode ouvrière pour lire et comprendre en commun – nous espérons faire ressortir un fond pour le moins provocateur : que les scénarios et stratégies de transition défendus majoritairement par l’écologie radicale (et donc souvent par la décroissance) sont trop peu politiques. Atelier animé par la Maison commune de la décroissance – la MCD.

Sur la « méthode de l’arpentage »

  • Phase 1 : par groupe de 2 ou 3, lecture d’un passage de l’œuvre choisie (ou d’un extrait) → à chaque groupe un passage différent
  • Phase 2 : chaque groupe a) identifie la structure de son passage et b) dégage une idée forte, une idée bousculante, une idée discutable
  • Phase 3 : restitution brève de chaque groupe à l’ensemble des participants
  • Phase 4 : discussion croisée sur le sens, la cohérence et la validité non seulement de chaque passage mais surtout de l’ensemble de l’extrait choisi.

Sur le fond

Voici trois extraits du livre, pour mettre l’eau à la bouche…

« Dans le quatrième chapitre nous développons l’hypothèse que l’existence d’un marché de produits alternatifs, censés échapper aux tares de la production industrielle, contribue aussi à la stabilité du modèle en question. Nous y expliquons aussi pourquoi, le bouillonnement d’alternatives n’est pas en mesure d’ébranler le complexe agro-industriel et son mode de production. »

« C’est pourquoi nous appelons, dans le cinquième chapitre, à une repolitisation en profondeur du mouvement pour l’agriculture paysanne dont nous faisons partie. »

« La doxa d’un « changement positif en marche », d’une transition « inéluctablement en route » est tenace et nous étouffe de son apolitisme assourdissant. »

*

La Maison commune de la décroissance – MCD –  a été créée en 2017 après deux ans d’un « processus-décroissance ».

La MCD n’est pas une université (et elle préfère l’érudition à l’expertise), elle prétend néanmoins avoir alimenté depuis des années un corpus politique d’analyses, de définitions et de propositions qu’elle se réjouit de partager, pour rejoindre la voie « méditerranéenne » de la décroissance.

S’il fallait dégager une idée politique directrice de ce travail, ce serait la conviction que seule une critique radicale de l’individualisme – et donc de « l’institution imaginaire de l’individu moderne » – peut dégager la route d’une décroissance comme humanisme d’une vie sensée. Sur la forme, la MCD veut rappeler qu’il ne peut exister de variations qu’à partir d’un fond commun et que, par conséquent, ce dont a d’abord besoin la décroissance, c’est d’un cadre idéologique commun.


?☕️? La Buvette de l’Académie est ouverte du mercredi au samedi de 11h à minuit !
Au déjeuner, venez déguster des plats végétariens, de saison et ultra locaux cuisinés par Sumac & Romarin. Au goûter, des gâteaux et pâtisseries et en soirée des petits plats à partager. À toute heure, bières, vins, boissons chaudes et fraîches !